a A

Des connaissances contextuelles et des exemplaires originaux rares

La photo montre la bibliothèque de l’ITS

La bibliothèque de l’International Tracing Service (ITS) renferme plus de 8 000 publications et environ 300 magazines et périodiques.

La bibliothèque de l’International Tracing Service (ITS) renferme plus de 8 000 publications et environ 300 magazines et périodiques. Elle est spécialisée dans les domaines de l’histoire de l’Holocauste, des camps de concentration, du travail forcé sous le régime nazi ainsi que du jugement des crimes nazis. En ce qui concerne la période après 1945, elle se concentre principalement sur les thèmes des personnes déplacées (Displaced Persons / DP), de la culture du souvenir ainsi que sur le travail et l’évolution de l’ITS.

Il convient de souligner les anciens écrits et publications émanant des camps DP et de commissions historiques qui ont été rassemblés en très grand nombre par l’ITS. Ces documents font partie d’un large fonds d’imprimés rares parus durant les premières décennies d’après-guerre. La bibliothèque dispose, en outre, d’une vaste collection de journaux d’associations de persécutés et de comités des camps.

Il est aussi possible d’y consulter des recueils réalisés par l’ITS même, comme notamment des catalogues des lieux de détention, des listes sur l’attribution des matricules dans les camps de concentration ou encore des répertoires des lieux de la persécution nazie.

La bibliothèque est actuellement en cours de réorganisation. Un nouveau catalogue en ligne sera disponible à partir de l’été 2016 permettant des recherches sur Internet. Celui-ci sera ensuite intégré dans le catalogue en ligne de la communauté de travail des bibliothèques de mémoriaux (Arbeitsgemeinschaft der Gedenkstättenbibliotheken / AGGB) ainsi que dans d’autres catalogues collectifs.

La photo montre des journaux et revues d’anciens détenus concentrationnaires organisés dans des associations de persécutés et des comités de camps.

À partir de 1945, ont paru de nombreux journaux et revues d’anciens détenus concentrationnaires, qui étaient ou qui sont encore organisés dans des associations de persécutés et des comités de camps.